Le forum 83-629 - La sécurité privée en France
Bienvenue sur le forum 83-629 !

Venez participer et apporter votre pierre a l'édifice !
Aucune question n'est idiote , comme dirais "l'autre": Venez comme vous êtes.

Respect et humilité, entraide et fraternité sont les maitres mots de ce forum !

Vous pouvez vous connectés en toute confiance via votre compte facebook (login).

L'inscription dure moins de 2 mn !

A tout de suite !
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Réseaux sociaux
      
Infos en live
Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 82 le Jeu 2 Oct - 18:34
Flux RSS


MSN 


Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo      

Conservez et partagez l'adresse de Le forum 83-629 - La sécurité privée en France sur votre site de social bookmarking

profil google+
Google

Hervé Legrand, vigile, panse des blessures en pensant l’amour du métier

Aller en bas

Hervé Legrand, vigile, panse des blessures en pensant l’amour du métier  Empty Hervé Legrand, vigile, panse des blessures en pensant l’amour du métier

Message par Admin le Mar 9 Juil - 16:23

Un an après les coups de feu à Bertry, Hervé Legrand, vigile, panse des blessures en pensant l’amour du métier

L’année dernière, au début du mois de juillet 2012, des coups de feu étaient tirés à l’entrée du Vamos, discothèque de Bertry. L’épisode faisait une dizaine de blessés légers, dont Hervé Legrand, vigile. Un an après, alors que le principal suspect, placé sous contrôle judiciaire, attend son procès, le vigile panse des blessures qu’il croyait guéries. Heureusement, elles n’ont pas affecté son amour du métier.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

De petites cicatrices rosées comme des brûlures superficielles. Les balles tirées à l’entrée de la discothèque de Bertry, le Vamos, l’été dernier, ont laissé des stigmates sur le haut de la cuisse de ce vigile quadragénaire. « Dans dix ans, on dira que ce sont des souvenirs », relativise-t-il. C’est qu’avec sa boule à zéro et sa carrure de boxeur, Hervé Legrand a les allures du battant : attention, pas celui du genre à tirer les bretelles du premier plastron croisé, mais plutôt à jouer des coudes pour aller de l’avant. « Ah oui, pour moi, le bonheur est devant ! » souffle-t-il en faisant mine d’indiquer une direction. Mais si Hervé n’est pas une petite nature, s’il n’a cure des cicatrices, il s’accommode difficilement de l’empreinte psychique de cet épisode retentissant. Alors que deux ou trois jours après les faits, « ça allait franchement mieux. J’ai même cru que l’émotion s’était dissipée », un an après les coups de feu survenus à l’entrée de la discothèque, les plaies, morales celles-là, refont soudainement surface. La nuit, généralement, « Je revis ce que j’ai vécu », analyse-t-il.

Se remettre en selle

Soit dans la nuit du 7 au 8 juillet, l’arrivée d’un homme armé d’un fusil. La tentative d’Hervé pour esquiver les coups, le bruit, les plombs tirés dans la porte du vestiaire et ceux qui l’ont finalement touché. Il a coutume de dire qu’il est passé « par une belle porte. » Le paradoxe ? C’est que l’émoi engendré n’a en rien entaché sa vocation – « quand on chute d’un cheval, il faut vite se remettre en selle. », défend le vigile du haut de ses 20 ans de carrière – ni ses méthodes de travail. Bien qu’il ait été victime de violences (ou peut-être parce qu’il a été victime de violences), Hervé Legrand prône le dialogue, même avec les clients réfractaires au service d’ordre. « Vaut mieux apaiser les clients agités. Si on mettait tout le monde à la porte, les discothèques seraient vite fermées ! » Et quand il n’y a pas d’alternative à l’expulsion, son adage c’est : mettre à la porte, mais en employant les formes. « Faut le faire avec respect. » C’est qu’il aime la clientèle de noctambules ; celle, fidèle, qu’il croise au Vamos sans pour autant prendre part à la fête. Alors que la foule s’amuse, lui reste droit dans ses bottes, prend un peu de hauteur et observe avec satisfaction ses congénères.

Contact
« J’adore le contact avec les gens, dans une ambiance festive, commente Hervé Legrand. On a l’impression de servir à quelque chose, de permettre aux clients de s’amuser ! »
Mais si l’épisode de l’année dernière a confirmé sa vocation, il a aussi révélé les risques du métier, qu’il connaissait, et mis en évidence une violence, verbale souvent, banalisée. « Un client m’a dit que ce n’était pas étonnant si l’on nous tirait dessus ! » Comme une preuve, s’il en fallait, de l’écho retentissant de cette fusillade. Un écho dont a souffert le Vamos. Injustement, selon Hervé.
« Ce qui est arrivé au Vamos aurait pu survenir n’importe où. C’est la faute à pas de chance si cela s’est produit à Bertry. »

Aujourd’hui, Hervé attend le procès et espère que la décision de justice aura tout autant d’écho auprès des clients.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Admin
Admin
Blog 83-629
Blog 83-629

Masculin Messages : 734
Date d'inscription : 04/07/2013
Localisation : France
Emploi/Diplômes : CAP APS/ BP ATPS / SSIAP 1,2 et 3/Licence Professionnelle

http://83-629.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum